Osons la mixité dans les arts !

L’enseignement des activités artistiques en EPS en situation de mixité, enjeux et opportunités.

Pour cette rentrée 2019, le SNEP FSU Alsace souhaite poursuivre son travail de réflexion et de partage des connaissances autour de l’enseignement des activités artistiques et de l’égalité au regard  des enjeux de mixité.

Ce thème abordé l’année dernière à partir des APSA boxe française et rugby, avait suscité des interrogations et un désir de prolonger la réflexion sur l’enseignement des activités artistiques.

Encouragés par les sollicitations à l’issue de ce temps d’échange professionnel, nous vous convions à participer à deux stages ciblés sur les thématiques de l’enseignement des arts et de la mixité dans les activités à visées expressives.

Lorsque nous avons évoqué la mixité en EPS comme un état de fait, l’idée qu’elle s’imposait « naturellement » de manière égalitaire au sein d’un groupe qui associait des filles et des garçons avait été contredite. Il avait semblé indispensable de la travailler pour qu’elle soit source d’une réelle égalité et productive en terme d’apprentissages. A travers les  APSA proposées aux élèves, la difficulté prend un caractère social et culturel, où les représentations façonnent les attentes dans la mise en jeu du corps et influencent les comportements moteurs.

Souvent au détriment des filles, les connotations masculines qui imprègnent l’EPS, plus ou moins renforcées selon les contextes et pratiques, sont des sources d’inégalités. Et pourtant la forte incitation qui tend à imposer les activités artistiques ne suffit pas à rétablir l’équilibre.

D’abord parce qu’elles restent insuffisamment programmées et ensuite elles ne sont pas garantes d’un enseignement mixte, égalitaire, vecteur d’apprentissages effectifs partagés par les filles et les garçons. Par certains aspects, l’enseignement des activités artistiques peut même selon sa mise en œuvre, renforcer les stéréotypes et accentuer les inégalités. Alors comment faire ?

Quelles sont les pistes pour sortir de cette imbrication qui impose subtilement mais fermement le poids des normes sociales et neutralise les tentatives de contournement pour maintenir un état immuable ? Dans cette volonté d’émancipation, les activités artistiques sont-elles forcément des supports de reconduction ou peuvent-elles, de par leurs spécificités aider les enseignants à promouvoir l’égalité filles/garçons ?

Un deuxième temps centré sur les arts et leur porte d’entrée vers une éducation émancipatrice

Pour aborder les enjeux de mixité à partir des activités artistiques nous avons sollicité deux personnalités engagées sur ces thèmes. Toutes deux ont alimenté les réflexions sur ces questions au niveau national. Elles nous proposent de partager les visions qu’elles portent sur l’enseignement des activités artistiques en EPS. Leurs propositions sont issues d’expériences de terrain en tant qu’enseignantes d’EPS, qu’elles ont formalisé pour élaboré un contenu de formation.

C’est d’abord Sylvaine DUBOZ qui abordera sur deux jours de formation l’enseignement de la danse dans l’opportunité qu’elle offre d’engager les élèves dans un véritable projet de création artistique. Elle révélera la nécessité et la richesse de vivre des expériences indispensables à la formation des élèves par la mise en mouvement expressive du corps au sein d’un travail collectif de composition.

Cathy PATINET interviendra à partir des arts du cirque selon une approche originale pour révéler les enjeux de la mixité au sein des apprentissages. Elle nous présentera une forme de pratique scolaire qui tend à dépasser les inégalités sexuées et permet d’engager les élèves dans une production artistique destinée à émouvoir, s’appuyant sur une interprétation dans une situation instable.

Leurs démarches mettent en avant deux axes qui s’imbriquent : favoriser l’entrée dans les arts pour tous les élèves et le recours à un collectif structuré destiné à dépasser les inégalités.

Ce volet de formation s’adresse à tous ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances des arts par la pratique de deux APS-A et échanger autour des enjeux fondamentaux d’égalité.

 

Emmanuel ROEHRIG secteur pédagogique du SNEP FSU Strasbourg