EPS : tous dehors !

Quand on croit avoir touché le fond, il y a toujours quelqu'un pour creuser encore le trou...

Nous aurons décidément tout fait ces derniers-mois : du distanciel, des cours en gymnase, sans gymnase, avec masques, sans masques, de l’entretien physique ….,
Nous aurons surtout fait, défait, refait… pour s’adapter jusqu’à …. l’inacceptable !!

Une annonce "HORS SOL"

L’annonce du 14 janvier dernier nous enfonce encore un peu plus dans l’incompréhension, le désarroi, la colère, la fatigue…

Elle est à rebours des bilans qui ont été tirés de la période de confinement qui montraient l’importance de la pratique pour la santé physique, psychologique, le lien social

Elle et ne prend appui sur aucun bilan pouvant faire la démonstration que les cours d’EPS, auraient été facteurs de contamination…

La fin de la pratique physique des jeunes ?

Compte-tenu des conditions météorologiques, ces annonces signifient la fin de l’EPS dans de nombreux endroits.

En effet, qui peut croire qu’on peut continuer à enseigner l’EPS à l’extérieur dans les conditions actuelles ?

Entre mépris d’une discipline qui semble être jugée comme « non essentielle » et sacrifice de la jeunesse qu’on prive de ces moments d’apprentissages, d’expression, de plaisir et de partage, cette décision génère une grande colère dans la profession.

Accompagnée d’un couvre-feu à 18h sur l’ensemble du territoire, c’est l’ensemble des pratiques scolaires et extra-scolaire qui sont impactées.

Pourquoi priver les élèves d'enseignement plutôt que de mettre en place des demi-groupes ?

Dans le même temps on continue à entasser les élèves dans les salles de classe qui font souvent moins de 50 m² alors qu’on prive les élèves d’un espace de travail en gymnase de 1000 m².

La gestion du risque épidémique par cette mesure est incompréhensible ! M. Blanquer n’ pas apporté la preuve que la contamination serait plus importante en demi-groupe dans un gymnase qu’en classe entière dans une salle de cours.

Le SNEP-FSU a publié dans la foulée un communiqué pour exprimer sa colère et son incompréhension.

Il demande le retour aux pratiques physiques à l’intérieur en demi-groupes, avec l’application des précautions en place jusqu’à maintenant.

Au niveau national, le SNEP :

  • a demandé dès jeudi soir au ministère la banalisation du lundi pour les équipes EPS pour échanger, débattre de la situation et envisager les suites à donner face au contexte (et à la fiche repère parue hier);
  • A été reçu, en audience à sa demande, lundi par Jean Michel Blanquer.
  • a organisé une visio conférence nationale lundi à 18h30 à destination de tou-tes les collègues en direct sur la page Facebook du SNEP-FSU)
  • appelle à des rassemblements mercredi après-midi dans toute la France pour dénoncer la situation
  • récoltera pour diffusion massive des photos des installations sportives extérieures dans toute la France (envoyer ici) !

Au niveau de l'académie de Strasbourg, le SNEP :

  • organise une visio académique spécifique mardi 19 Janvier à 20h pour répondre aux questions et permettre aux collègues d’échanger et de débattre (lien ici)
  • appelle à un rassemblement académique massif devant la DSDEN de Colmar mercredi 20 janvier à 14h (rejoignez-nous dès que vous pouvez !)
  • a demandé une audience à la rectrice pour exiger le développement de l’EPS en demi-groupes et le retour à la pratique physique en intérieur
  • Appelle les équipes EPS à écrire à la rectrice pour exprimer leur colère et leur incompréhension (modèle de courrier ici)